Unicode データ Face

J’ai fait la musique de l’un des 5646 événements de la « Fête de la science » à Rennes avec un projet issu de la collaboration entre Fred Sapey-Triomphe, artiste numérique, Laurent Amsaleg et Hervé Nau. Fantaisie biométrique. Reconnaissance faciale poétique. La collaboration s’est faite entièrement par Internet. Je n’ai jamais rencontré Laurent ni Hervé en présentiel, j’ai seulement croisé mon ami Fred. Le projet est construit avec TouchDesigner, il a évolué des caractères Unicode vers une sorte de FaceCook. Mesure visualisée d’Intelligence Artificielle des 12 catégories de sentiments : enthousiasme, harmonie, curiosité, idéal, proximité, expression de soi, liberté, amour, esprit pratique, stabilité, défi et structure. Mesures faites non pour manipuler les gens comme sur les réseaux sociaux mais comme propédeutique à la peinture liquide de nouveaux tableaux.

Il n’y a pas que le sexe et le saxo dans la vie. Il y a aussi la musique électronique conceptuelle. J’ai travaillé sur un projet excitant, une commande de l’artiste Fred Sapey-Triomphe. Le pitch : le système « Unicode » utilisé pour écrire avec les ordinateurs est fondé par un code unique pour classifier chaque lettre ou signe de tous les alphabets du monde. Unicode est à la fois un tour de force technologique et une métaphore poétique de toutes les écritures humaines. Le code « Unicode » utilise le système hexadécimal de 16 chiffres et lettres : 0123456789ABCDEF Chaque signe, lettre, chiffre, ponctuation ou idéogramme de tous les alphabets du globe est numéroté ainsi. Ma composition repose sur une interface fantaisiste du plan « Unicode multilangue de base » (de U+0000 à U+FFFF). Une interface qui transforme le calcul hexadécimal en calcul musical. À chaque entité « Unicode » de trois, quatre ou cinq signes écrits en hexadécimal sera attribué trois, quatre ou cinq items musicaux (échantillon musical d’une note par chiffre). Le résultat sonore sera la superposition de ces trois, quatre ou cinq items, un puzzle sonore. Une harmonie dissonante ou consonante sera entendue suivant le tirage. Une pseudo harmonie sans aucune progression entre chaque accord au même titre qu’il n’y aura pas de lien particulier entre un caractère chinois, latin, thaï ou cyrillique qui se succéderont. La forme générative viendra du déclenchement de chaque Unicode dans le déploiement temporel de l’oeuvre de Fred. Chaque Unicode ayant reçu son traitement graphique déclenchera trois, quatre ou cinq des 16 éléments du puzzle sonore dans leur ordre d’apparition. Ce projet est un plug-in musical au visuel de l’artiste. Au total nous entendrons théoriquement 1048576 combinaisons sonores possibles (16 puissance 5) correspondant aux principaux points Unicode lettres, chiffres, syllabes, symboles divers. 

Cette composition m’est venue à l’idée à la suite du système « Bibi Binaire » de Bobby Lapointe qui est bien plus qu’un simple calembour. Documenté sur Wikipédia, il attribuait une syllabe à chacun des 16 chiffres et lettres du calcul hexadécimal. J’avais étudié dans ma jeunesse « les modes à transposition limitées » d’Olivier Messiaen. L’idée de fabriquer un mode spécial sur deux octaves vient de lui, un mode « bricolé perso » de 12 sons, dont quatre sont redoublés à l’octave. Ce mode n’a évidemment aucune transposition possible. Pas de transposition mais 4 mutations. Les quatre sons redoublés génèrent chacun leur tour un drone continuum tampura qui entraine l’oreille à comparer les intervalles en fonction de chaque nouvelle tonique. Je mélange tout dans un algorithme style macédoine de légumes échantillonnés mayonnaise numérique. Je pratique une simplification outrancière digne de notre époque complexe. Creative codeur : Hervé Nau.

www.espace-sciences.org/evenements/fete-science/2021/animations/unicode-data-concept`

Paris, ville de la solitude

La semaine passée un danois m’avait photographié sur les bords de Seine en train de jouer du saxo. Il a une grosse réputation sur Instagram. Je donne l’impression d’être solitaire sur ces photos. Une sorte de clochard musical. Les gens sérieux de la Société du Spectacle déplacent les foules pour la bonne cause. Le lendemain, Elton John au pied de la Tour Eiffel, s’est produit devant 20000 personnes « pour protéger la planète ». Je ne protège personne. Il fait froid. J’ai signé les conditions générales d’utilisation de l’automne. Application pour accéder gratuitement à l’hiver. J’espère fuir les frimas cette année, après deux ans de restrictions sanitaires et m’en aller passer l’hiver en Thailande. J’ai beau penser pis que pendre des parisiens, je les aime toujours un peu. Je suis en vélo. Mon trousseau de clé tombe de ma poche sur le pont de Tolbiac. Une jeune femme me crie de m’arrêter. Je ne l’entends pas. Elle courre derrière moi jusqu’au feu rouge. Haletante, elle me tends mon trousseau de clé et me dit gentiment que je l’ai faite courir ! Paris est la ville de la solitude. Les gens sont repliés sur eux même mais sont capables de gestes altruistes. Nombre de parisiens donnent une pièce aux mendiants.

Silence วีดีโอ en bord de Seine

Image agitée par TouchDesigner d’une photo par Colin Bouvry
Animation TouchDesigner à base des photos de Lou Bachelier

J’avais sorti mon clou depuis une minute. Mon pote Colin prenait quelques photos. J’étais dos à la Seine avec la Conciergerie et un palmier kitchissime en toile de fond. Un mec genre armoire à glace m’ordonne sans gêne : « C’est super beau ce que vous jouez, mais venez donc jouer en public ». Il voulait probablement que je vienne 50 mètres plus loin face aux gens allongés sur les transats. Je ne veux pas emmerder les quidams qui roupillent. De toute manière j’ai choisi un autre endroit. Le mec insiste. Il me flatte de manière éhontée pour me faire bouger de place. Je travaille mon instrument en public. Je ne fais pas la manche. Nuance. Le mec se tire en grommelant. Une bonne femme me pose la question habituelle des braves gens : « quel est mon instrument, une trompette ? Une clarinette ? » Non c’est un saxo soprano. « Ah bon le son est très doux, je croyais que le saxophone était plus tonique, plus dynamique. » 

Trois euros le café à un jet de pierre de l’endroit où je vais jouer. Il est trois heures de l’après-midi. Chaleur étouffante de fin juillet. Les bords de Seine ont l’air sympas, mais ils sont hyper pollués. Paris est dans le fond d’une cuvette. La Seine est le creux de la casserole où stagnent particules fines et saloperies toxiques. Au bout de cinq minutes, il m’est impossible de rester en plein soleil. Je vais me poster plus loin à l’ombre près du pont au Change. Les gens font comme si je n’étais pas là. Je ne les dérange pas, je suis transparent comme une radio ne diffusant pas trop fort la musique. Je suis un vrai générateur d’ambiance, pas un artiste. Je me chauffe au gaz, au gazon broutte-minou… Je joue « April in Paris ». Un jeune couple se colle près de moi. Ils s’embrassent à pleine bouche, parlent fort, puis écoutent sur leur iPhone un bout de ce que je viens de jouer. Ils m’ont enregistré. Je me transforme en média virtuel. D’autres gens me filment en catimini. Les gens adorent voler des images de mecs exotiques. Ils se prennent pour des journalistes. Tout le monde filme tout le monde. La CIA-Google résume le tout en filmant par satellite les activités des nations pour le compte de l’oncle Sam. Aujourd’hui je joue machinalement sans aucun feeling. J’assume les compositions de mémoire. J’improvise des notes, des milliers de notes qui n’ont aucun sens. Virtuosité creuse. J’ai le souffle court : je n’en peux plus de la pollution. Je n’arrive plus à souffler dans le tuyau. Hygrométrie défavorable. J’arrête et je rentre chez moi mécontent. Je file à un SDF la pièce de 2 euros que j’ai récolté.  (Extrait de mon journal d’après Covid)

Pour me joindre

Pour me joindre, merci d’envoyer un mail à : eb AT etiennebrunet.fr Je vous répondrai. Je faisais moins de photos avant l’arrivée de la photo numérique. C’était l’époque où j’avais un groupe qui tournait bien. J’ai très peu de documents de cette époque à part quelques articles de presse et des flyers. Je m’occupais de musique et n’avait des photos ou vidéos que si un photographe professionnel s’en occupait. Je vous recommande d’abord l’onglet vidéo musique depuis quelques années je ne fais plus de disques. Ensuite l’onglet CD Vinyles presque tous mes anciens disques sur la plateforme Bandcamp, l’onglet écritures tout ce qui est écriture de musique ou de textes que je pratique depuis une douzaine d’années, l’onglet ego-graphie un résumé de ma carrière d’improvisateur et compositeur, l’onglet collaboration, les gens avec qui j’ai travaillé souvent, l’onglet critiques, un florilège de quelques commentaires de la presse, l’onglet blog-glob, vous y êtes, mes dernières nouvelles ou réflexions, l’onglet groupes No Groove Quartet à Lisbonne, Ring Sax Modulator, Tinnitus Mojo sur la surdité, Soundioulou Cissokho roi de la kora, Zig Rag Orchetra, Aller Simple et Axolotl. Le site n’est pas terminé il faut chercher des documents souvent 30 ans en arrière. La numérisation des photos noir et blanc est difficile. On voit l’ombre du smartphone sur de photos splendides re-photographiées.

Photo Shun Kambé

Concerts entre deux confinements

Ce n’est pas du jazz c’est de la musique ! J’ai vu le concert de Michel Portal hier soir dimanche à la Philharmonie en direct sur Internet. Projection sur grand écran et sono de studio chez moi. La vieillesse est annulée au profit de la beauté éternelle de la musique. Ne jamais se décourager quand on à la chance de jouer de la musique. Les douleurs et les doutes ne sont que détails mineurs. Portal est à l’Europe ce que Rollins est aux USA : une émotion radicale portée par des types hyper âgés, Portal 85 ans, idem Sonny Rollins, 90 ans, je l’avais vu il y a 5 ans dans un concert absolument merveilleux : énergie incomparable, renversante, miraculeuse. Quand j’étais jeune ils étaient mes modèles, maintenant que les années ont passées, j’ai mal partout je me sens vieux, je suis découragé et ils me redonnent le goût de vivre. Ce sont des chamans guérisseurs, des maitres en musique. Portal a abandonné ses dernières angoisses. Il ne livre plus que de l’émotion pure, beauté incandescente de la vie sublimée en musique. Héritage fabuleux pour les générations futures : la dissolution du jazz dans la musique classique ou la dissolution du classique dans la jazz. Improvisation ou écriture semblables : rigueur et modestie. Incomparable informel. Formel sans limite à l’aventure quoiqu’il arrive. Il y a encore des gens sérieux qui font bien leur boulot en France. Cette retransmission sur Internet du Festival de Jazz de la Villette était parfaite. Techniquement équivalente à des trucs qui intéressent un public un million de fois plus important. J’avais souvent des micros coupures du son du à la mauvaise qualité de mon débit Internet personnel. Ces micro coupures énervantes rappellent que l’on n’est pas dans la salle. Je hais les dimanches. Avant le Covid 19 je n’aurais jamais assisté à un concert par le biais de la technologie en direct. Maintenant c’est le masque dans la salle ou l’écran chez soit ! Masque ou écran c’est pareil ! Le seul truc chiant est de ne pouvoir additionner ses applaudissements à ceux du publique, d’être tout seul chez soi comme un con… J’ai pleuré presque tout le temps tellement j’étais ému. J’ai picolé du vin blanc pendant tout le concert, ce qui est absolument contraire à une hygiène pour vivre vieux. Portal donne un sens au changement de siècle par sa musique. Vraiment formidable.

CONCERT À ROSELYNE – MOBILISATION POUR LE SPECTACLE VIVANT ce mercredi Place du Palais Royal devant le conseil d’état à un jet de pierre du ministère de la culture. Programme à 16 heure dans la rue : VA PENSIERO – Verdi {Roselyne aime tant l’opéra} / SARABANDE – Haendel {Requiem pour le Spectacle Vivant tout le monde allongé mort} LE DESERTEUR – B. Vian {Les Paroles détournées : Nous étions il y a peu / Confinés, démunis / Mais voici l’agonie / On meurt du couvre-feu } BELLA CIAO Plus une batucada à faire vibrer les fenêtres de la ministre et une ou deux improvisations. Jouer avec des coups de vent imprévisibles et chanter avec le masque : expérience limite. Retour de quelques copains de l’orchestre Debout comme Grégoire Letouvet à la manoeuvre … Les intermittents du spectacle se mobilisent

Hommage à John Giorno décédé l’année passée, immense poète dont l’oeuvre était teintée de rock and roll. Joel Hubaut au Fest « Extra » à Beaubourg. Une pulsation bombardée à 105 BPM d’un pied de boite à rythme cardiaque pendant 50 minutes. En cette période de crise, j’avais l’impression d’entendre en téléportation au Musée Beaubourg le groupe Public Image ltd augmenté du groupe No Wave de Giorno du début des 80’ tout ça dans la seule magie d’une voix solo accompagné par un musicien ingé-son efficace. Emotion brutale et vertige poétique du No Future. Joel Hubaut pendant toute sa longue carrière a développé l’idée d’épidémie en peinture et poésie. Autant dire qu’il sait de quoi il hurle. Il a donné une de ses plus belles performances ce soir. Vraiment génial ! Contagion générale du grossiste en art en cadence avec un delay-echo au rythme implacable d’une syncope statique en boucle hypnotique. Ensuite je suis rentré dare-dare me coucher.

Avant hier, dimanche après-midi au Parc de la Villette. Le SPAT sonore Nicolas Chedmail (spatsonore.fr) invitait Denis Charolles (musiques à ouïr, percussions), Julien Eil (sax, clarinette basse), Jean-Brice Godet (clarinette basse) Jean-Jacques Birgé (électronique de poche) Musique 100% informelle. Performance soutenue par la ville de Paris pour « cet été particulier » non loin il y avait aussi le festival « Constellations : Villette Makerz, laboratoire collaboratif » des groupes de jeunes qui jouaient une bonne musique post bop tout l’après-midi sur une scène près du Canal de l’Ourcq, j’ai écouté deux ou 3 morceaux du « Zoot Octet » et je suis retourné à mon marasme « je hais les dimanches ». Le SPAT sonore est divertissant, original et créatif. Des instruments dans les arbres, un vélo tire une charrue sonore qui laboure les pavés en gémissant, un autre vélo distribue des baffes à des casseroles. Free Music pour parc et jardins, relecture de John Cage pour faire marrer les enfants. Le soir à l’autre bout du parc il y avait le grand Michel Portal qui se produisait à la Philarmonie diffusée en direct sur Internet. Ce début de mois de septembre donnait un sentiment de reprise des activités musicale à Paris après la catastrophe Covid 19. Tant mieux !

Fatoumata Diawara en direct sur Internet de Jazz à la Villette à la Philharmonie. Grande dame de la musique d’Afrique de l’Ouest elle défend les femmes et le Mali dans une situation difficile. Grande chanteuse, bon groupe, bonne vidéo mais cette fois la retransmission internet était trop mauvaise : des coupures toutes les 5 secondes dues à mon fournisseur de Box. Il y avait en même temps le match Marseille PSG et le flux internet sert automatiquement les trucs commerciaux. Le flux musical s’en trouvait perturbé, je n’ai pu aller au bout du concert parce que le magnifique rythme africain était transformé et rythme de robot cassé. Ca arrive souvent. Le flux internet est très inégaliatire à l’image de la société. La 5G n’arrangera rien. Rien ne vaut un concert live. Mais pour une musique festive comme celle de Diawara, les gens étaient tétanisés immobiles avec leur masques et obligation d’avoir le cul collé à sa chaise.