Vidéo Musique

BERLIN 2014 Quinze minutes de vidéo musique enregistrée à Berlin en août 2014 au saxophone alto solo accompagné d’un discret drone techno-folk et d’une fascinante vidéo HD. Merci de régler le mode qualité sur HD. Le mode utilisé est « Yaman », le plus classique d’Inde du Nord. La musique est enregistré en une seule prise « One Shot ». Elle est un condensé du programme de 45 minutes prévu pour le concert présenté au Fincan Neukölln de Berlin en juin.

Lisbonne 2018 Creative Source Fest XII « Novo Scratch Orchestra » est une continuation du « Treatise » de Cornelius Cardew et de son groupe « Scratch Orchestra ». Ma version novo serait plus proche d’une traduction de « treatise » comme « traitrise » plutôt que du sens original de « traité ». Les règles restent identique à la version originale : aucune règle. C’est de l’improvisation totale avec quelques indications minimum dans le style d’Ernesto Rodrigues. L’idée de base est de remplacer une jolie partition graphique de style musique contemporaine par du veejing de la vidéo graphique pleine de couleurs et de joie (ce qui n’est pas tant une trahison parce que Cardew cherchait à faire une musique d’avant garde s’adressant à tout le monde et non pour une élite). J’utilise aussi quelques peintures de Miguel Mira. Il est temps de mélanger tous les arts pour plus d’efficacité expressive. Les deux portées muettes en pied d’écran renvoie à l’idée de départ de « treatise ». Aucun son bien sûr sur la demi-heure de vidéo fabriquée à l’avance et diffusée dans la salle, dans le dos des musiciens qui ne sont même pas obligé de regarder la partition, comme un simple programme vidéo. Manipulation technique minimum

Paris 2020. Covideo+ pendant le confinement en mars avril

Pengboon Don (guitare) et Etienne Brunet (saxo) บทเพลงชุด จินตนาการผ่านโควิด “ this is the name of song.In English like “ imagination of Covid” An improvisation between Bangkok and Paris carried out via the Internet during the Covid19
Porteur(se) saint(e) – La dernière cène de CoV-19 SNG / Natacha Guiller : dessins, vidéo Etienne Brunet : alto saxophone, vcvrack, vidéo
Recorded in Paris on the 44th day of confinement by Etienne Brunet bass clarinet + Moogerfooger. Recorded before Covideo19 + in Bangkok by Paponpat Weerawit and Tommy Hanson (electronic devices) at Jamcafé. Recorded before Covideo19 + in Bangkok by Pengboon Don (guitar) Before it’s after. After it is before. The future is yesterday. Tomorrow is today. Yesterday is tomorrow etc Before it’s after. After it is before. Before it’s after. After it is before. Before it’s after. After it is before. Before it’s after. After it is before.

THAILANDE 2019 Chiang Maï. Musique pour les éléphants

recorded on October 5, 2019 at Maerim Elephant Home Chiang Mai (Thailand)
recorded on October 5, 2019 at Maerim Elephant Home Chiang Mai (Thailand)

THAILANDE 2019 Letter from thailand – Le tiers disque

Le tiers disque : letter from thailand 4 Lavandula Ambient and Noisy Reflexion Paponpat Weerawit 8 strings bass and electronics devices Knavish Boris Tricks rythm box and electronics
Le Tiers Disque : Letter from Thailand = 3 Happy Valentine’s Session in JAM (Bangkok) Kota Amatuti Taki : guitare (japan) Pok Pongprayoon : keyboard and electronic devices (Thailande) June Kalambaheti : percussion and electronic (Thailande), Thierry Negro : bass (France) Mono Valle : drums (Argentina) Etienne Brunet : soprano sax (France) enregistré sur smartphone par Paponpat Weerawit et Dhyan Ho monté par Etienne Brunet merci à Dhyan Ho du JAM et à Kota Amatuti Taki qui a organisé cette jam enregistré le 14 février au JAM de Bangkok
Deuxième livraison du « le tiers disque » letter from thailand Music performed by Etienne brunet from « Composition 1960 # 7 » by La Monte Young (which is just a ready made of the fifth B-F #) except lung thung MUSIC By KHAOYAL CHA AM BAND video and editing BY Etienne brunet copyleft JANUARY 2019
Thailand : january 2019

Lisbonne 2019 Creative Source Fest XIII

Everynoise : ambitieux projet de vidéo musique avec Carla Santana electronics Carlos Santos electronics

Lisbonne 2017 Creative Source Fest XI

MAI 19682018 (improvisation) Miguel Mira : violoncelle Etienne Brunet : saxo alto enregistré le 22 novembre 2017 à O’Culto da Ajuda (Lisbonne) CREATIVE SOURCE FEST XI

Thailande 2017 Bangkok. Recording at the Bridge Art Space in july 2017. La Thaïlande est le pays des fantômes, des esprits ! Partout des temples, grands et petits. Les gens laissent chaque jour des offrandes aux esprits, des boissons et des repas pour les amadouer. Chaque maison, chaque lieu a son temple pour les esprits du coin de la rue. J’ai essayé d’entrer en communication spirituelle avec Albert Ayler, si jamais il faisait un détour par la Thaïlande, mais ça n’a pas marché. Ou alors il trouve que j’ai un son de saxo trop classique ou un discours musical trop tarabiscoté. J’aurais bien aimé jouer une musique qui exprime cette réalité céleste à la suite de John Coltrane, mais j’en suis loin ! Il me faudra encore des années-lumière pour atteindre le génie. Et plusieurs réincarnations par la même occasion. J’entends aussi les dernières notes du troisième mouvement de la cinquième symphonie de Shostakovitch qui se terminent « morando » comme la révolution mondiale des prolétaires… « Le fantôme dans la machine » au-delà du présent omniprésent. Ne pas oublier une petite prière à l’ascenseur pour qu’il ne s’arrête pas entre deux étages. Même Thomas Edison, un des plus grands inventeurs de l’ère moderne avait tenté de créer le « nécrophone » pour enregistrer la voix des morts… 

Photo Dan Burman. Painting by John McArthur. Saxophone and editing Etienne Brunet Thanks Golf
Saxophone for Songkram Festival, Thai New Year 2561 in Jomtien saxophone : Etienne Brunet – video : Yana Alexseevna
Good Bye Pork Pie Hat – Adieu Jean-René, je viens d’apprendre le décès d’un ami. Captation au pif avec un téléphone

BERLIN 2015 Frankie Biberkopf goes to Berlinwood. Etienne Brunet : Clarinette basse et Pure Data. Choisir une collection de 128 icônes (128 photos, deux fois le chiffre du Yi King) qui seront tirées au sort par le pseudo-hasard machine tout au long du déroulement de la time-line. Cette collection d’images renvoie aux préoccupations de l’interprète et peuvent, par exemple dans la cadre de « la Plaque Tournante », se référer au matériel visuel de l’exposition en cours. Dans la vidéo jointe, il s’agit de mon univers : porno paranoïa, big selfies, souvenirs du bon vieux temps, Die Meistersinger von Berlin, optimisme tempéré, média fluxus, techno lettriste, grandes œuvres et trucs trouvés à droite à gauche. L’interprète doit choisir une tonique avec une série de notes penta, dia ou chroma-tonique de 16 notes distribuées en intervalles sur trois octaves minimum. La partition aléatoire, métaphore du texte papier, comprends 32 plots temporels en abscisse (commandés par une horloge en millisecondes) et 16 lignes en ordonnées (correspondant à une note sinusoïde, bruit blanc et une fonctionnalité de déclenchement d’une image tirée au sort). La time-line 32×16 de Pure data est modifiable à la volée. L’interprète peut choisir l’intensité du flux de sinusoïdes et de visuels pour orienter son jeu vers mini ou maxi-malisme. Vers le milieu de l’oeuvre l’interprète déclenche un drone composé des 6 premiers harmoniques naturels de la tonique choisie. L’interprète joue une note de la série sur chaque ictus d’événement indiqué par la time-line. Principe du neume techno-médiéval. La course du curseur signale les événements à jouer. L’interprète rajoute des appogiatures et ornements et choisit sa durée. « Frankie Biberkopf goes to Berlinwood » est une sorte de musique improvisée d’un nouveau genre. Chagrin contemporain. L’image devient un substrat du discours musical comme un paquet de sinusoïdes, ondes carrées, ondes triangles et arsenal de bruit blanc ou rose. L’image devient intervalle musical à haute fréquence. L’image est déstructurée par le fait qu’elle est montrée seulement quelques millisecondes pour résonner de manière fantomatique dans l’esprit de l’auditeur spectateur. Vision quasi subliminale. L’image devient comme du sucre fondant dans le sang. Un excès d’image change la glycémie du voyeur. Ce projet avec Pure Data est une œuvre caméléon. Le titre doit changer avec chaque « skin », chaque série de photos, à chaque présentation. Sa première création au « Headphone Festival Le Placard » et à Maindoeuvre il y a deux ans était « New Zen 4 TV ». Son inspiration se réfère à l’oeuvre de Naim June Paik. J’ai été aidé pour réaliser la programmation du patch Pure Data par Joseph Jaouen, Cédric Buron, Jean-Marie Boyer et Pascale Gustin. C’était mon projet de fin de cours du soir Pure Data.

2015 Frankie Biberkopf goes to Berlinwood

Paris 2014 « electrovideosaxo » utilise Live d’Ableton & M4L avec « Monolake Granulator » « Ircamax-Simple Transpose » et « Ircamax-Multiband Delay »

J’utilise la plateforme Live d’Ableton avec Max4Live. Plus précisément « Ircamax-Transp » en 8 bandes de fréquences réglées en « random » automatique, c’est à dire comme dans la grande tradition de l’improvisation dite de la « Free Music européenne », je ne sais pas quelle note va être jouée en même temps que celle que j’ai choisie. Les deux pistes résultantes, « clean » et Ircamax sont envoyées sur une instance « Ircamax-MultiBand Delay » réglée en synchronisation « random » sur des divisions temporelles de 8, 4 ou 2 simultanées. L’ensemble est joué en solo « one shot » sans aucun montage, en une prise à l’instant poétique « P ». L’image vidéo est à la fois proche et lointaine, rigoureusement contrôlée sans message caché. (Par exemple je ne vous dirai pas qu’il s’agit d’une insurrection des tranches de fréquences autonomes, ni que l’anarchie des notes indépendantes s’oppose à ma volonté d’unifier mon esprit avec un drone globalisant dévoilant la tonalité.) L’image est décorative et abstraite. Elle est pensée pour occuper les yeux. Cela permet aux oreilles d’atteindre plus rapidement le centre des émotions humaines, l’estomac, l’âme, le cerveau. Cette pièce de 3’30 » fait parti d’un projet plus vaste « video-saxo » présenté dans une petite salle de Berlin en juin de cette année. Une grosse partie du set est purement acoustique et une autre est transformée en temps réel par les Ircamax.

Video, Alto Saxophone, Bass Clarinet, Sherman and Moog filters recorded at Barricade de Belleville (Paris) 20th January 2016 captured by Lou Bachelier-Degras and Colin Bouvry « solo video saxo » first performed at Fincan Neukölln (Berlin) 20th June 2014 © 2016 – etienne brunet